Atelier Culturel

Dans le cadre de l’atelier culturel,

et grâce au financement du FSE et du collège Salinis nous allons assister à la représentation 

capitole

de  L’enfant et les sortilèges, oeuvre composée par Maurice Ravel.

ravel cd

Nous travaillerons sur cette version que j’ai découvert grâce à ma prof de lycée Melle Felz  Que le temps passe vite…. les années lycée sont bien éloignées.

C’est avec plaisir que je vous ferai à mon tour découvrir cette oeuvre

Donc l’enfant et les sortilèges est un opéra, nommé fantaisie lyrique, en deux parties dont le livret fut écrit par Colette.colette

Sur une musique de Maurice Ravel.

ravel portrait

Les élèves de 4è de cet atelier connaissent ce compositeur puisque nous avons travaillé sur le boléro…

 

L’œuvre fut créée le 21 mars 1925

Trouvez ci-dessous un documentaire sur le grand chef d’orchestre Simon Rattle, certes il n’y a pas de représentation scénique mais la qualité audio et vidéo vaut largement le coup d’oeil…vous y verrez les principales parties, ainsi que l’orchestre. ( c’est juste pour le plaisir de l’oreille)

      [embedplusvideo height= »465″ width= »584″ standard= »http://www.youtube.com/v/rppEARC54LQ?fs=1″ vars= »ytid=rppEARC54LQ&width=584&height=465&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes= » id= »ep9170″ /]
    Internet est une richesse…regardez cette version instrumentale, avec une animation…réalisée à partir de dessins d’enfants en primaire ? je n’en sais pas plus..mais ça vaut le détour
      [embedplusvideo height= »465″ width= »584″ standard= »http://www.youtube.com/v/QTT9YZ8HnwA?fs=1″ vars= »ytid=QTT9YZ8HnwA&width=584&height=465&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes= » id= »ep4167″ /]
    Abordons à présent
  1. LE LIVRET : c’est l’histoire.   enfant et mère

Puni par sa mère à rester seul dans sa chambre, un enfant s’en prend furieusement à tout ce qui lui tombe sous la main. C’est alors que la magie entre en scène : un à un, les objets brisés et les animaux meurtris vont s’animer et prendre la parole pour exprimer leurs remontrances et leurs plaintes. Cette tournure féerique permettra au méchant enfant de prendre conscience de la cruauté aveugle dont il a fait preuve envers son entourage

  1. Que verrons nous sur scène ?

  • Vous verrez donc sur scène différents personnages: L’Enfant et sa mère. Un Pâtre ( un berger). Le Petit vieillard (L’Arithmétique) La Princesse. Une Pastourelle
  • Mais aussi des animaux qu’il a embêtés: Le rossignol, la chauve-souris, la chouette, la libellule, un chat et une chatte, un écureuil, et une rainette.
  • des objets, les éléments qu’il a abîmés, ou déchirés…et qui prennent vie: le fauteuil, la bergère, l’Horloge comtoise, la tasse chinoise, la théière, le feu, un arbre
Mais aussi un Chœur, des solistes pour certaines parties et un orchestre celui du conservatoire de Toulouse qui prendra place dans cet espace ci-dessous.scène
3. COMMENT S’ORGANISE L’OEUVRE ? PAR DIFFERENTS TABLEAUX: Vous trouverez ci-dessous toutes les paroles des différents personnages ( excusez les fautes de frappe éventuelles…mon we est chargé et c’est pour demain! 🙂

 

…mais aussi les personnages, quelques lignes qui vous expliquent l’action sur scène. Ainsi que quelques photos trouvées sur le net parmi les différentes représentations à travers le monde de cette oeuvre.

Je ne sais pas du tout quels seront les costumes ou la mise en scène choisie pour la représentation de Toulouse…Ce sera la surprise 🙂

Donc l’oeuvre va débuter ainsi

 

L’ENFANT : Je n’ai pas envie de faire ma page, j’ai envie d’aller me promener, j’ai envie de manger tous les gâteaux, j’ai envie de tirer la queue du chat, et de couper celle de l’écureuil. J’ai envie de gronder tout le monde ! J’ai envie de mettre Maman en pénitence
[embedplusvideo height= »465″ width= »584″ standard= »http://www.youtube.com/v/MFViB9vrB1E?fs=1″ vars= »ytid=MFViB9vrB1E&width=584&height=465&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes= » id= »ep5576″ /]
La porte s’ouvre
LA MERE Bébé a été sage ? il a fini sa page ? Oh tu n’as rien fait ! Tu as éclaboussé d’encre le tapis ! Regrettes-tu ta paresse ?L-Enfant-et-les-Sortileges
Promettez moi de travailler ? Voulez vous me demander pardon ?
Pour toute réponse l’enfant tire la langue
Ohh !

 

Voici le goûter d’un méchant enfant : du thé sans sucre et du pain sec . Restez tout seul jusqu’au dîner ! Et songez à votre faute, et songez à vos devoirs !
Songez songez surtout au chagrin de Maman

 

L’ENFANT: ça m’est égal ! justement j’ai pas faim, justement j’ai beaucoup mieux rester tout seul ! je n’aime personne ! je suis très méchant ! méchant ! méchant!

 

L’enfant balaie d’un revers de la main la théière la théière et la tasse
en mille morceaux, puis grimpe au sur la fenêtre et ouvre la cage de l’écureuil et veut piquer la bête avec sa plume. L’écureuil blessé s’enfuit. Le méchant enfant continue tire la queue du chat.
Il se sert ensuite du tisonnier comme d’une épi pour attaquer les personnages de la tenture qu’il lacère. De grandes flammes se détachent du mur.
Il ouvre l’horloge et se pend au balancier qui lui reste entre les mains.
Puis déchire le livre de mathématique.
Essouflé, et saoûl de dévastation il veut s’étendre dans le fauteuil qui prend vie….C’est ainsi que les objets un à un prennent vie.
  • Le fauteuil la bergère et les meubles: Votre serviteur humble bergère

 

ravel chaise
Fauteuil: votre serviteur, humble bergère
La Bergère : votre servante fauteuil
F: nous voilà donc débarrassés à jamais de cet enfant, aux talons méchants.
L B vous m’en voyez vous m’en voyez aise !
F : plus de coussins pour son sommeil, plus de sièges pour sa rêverie, plus de repos pour lui que sur la terre nue, et encore….qui sait !
 L B et encore….qui sait !
LB et F nous voilà donc débarrassés
le banc, le canapé, le pouf et la chaise de paille..ne voudront plus de l’enfant
Plus de l’enfant.
  • Au tour de l‘horloge comtoise de prendre vie

pendule  l’enfant est adossé au mur, reprend son calme après une telle frayeur. Mais soudain….

L’HORLOGE Ding, Ding, ding, ding; Et encore ding, ding, ding! Je ne peux pus m’arrêter de sonner! je ne sais plus l’heure qu’il est! Il m’a ôté mon balancier! J’ai des affreuses douleurs au ventre! J’ai des courant d’air dans mon centre! Et je commence à divaguer!

L’ENFANT Ah! l’horloge marche.

L’H Ding, ding, ding…..Laissez-moi passer, que j’aille cacher ma honte ! Sonner ainsi à mon âge! Moi, moi qui sonnait de douces heures, heur de dormir, heure de veiller, heure qui ramène celui qu’on attend, heure bénie où naquit le méchant enfant! Peut-être que, s’il ne m’eût mutilée, rien n’aurait jamais changé dans cette demeure peut-être qu’aucun n’y fût jamais mort…Si j’avais pu continuer de sonner,toutes pareilles les unes aux autres, les heures ! Ah! laissez-moi cacher ma honte et ma douleur Le nez contre le mur! Ding, ding, ding…

Sonnant lamentablement, elle traverse la scène et s’en va à l’autre bout de la pièce. Face au mur elle redevient immobile. On entend deux voix nasillardes au ras du sol….

[embedplusvideo height= »465″ width= »584″ standard= »http://www.youtube.com/v/XPfJ16-btSc?fs=1″ vars= »ytid=XPfJ16-btSc&width=584&height=465&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes= » id= »ep6176″ /]

  •  Duo de la théière anglaise et de la tasse chinoise.

 

Teapot and Chinese Cup, L'enfant

La théière: How’s your mug?

La tasse: Rotten!

La théière: ...better had…

La tasse: come on!

La théièreBlack and costaud, black and chic, black, black, black Jolly fellow, jolly fellow, black, I punch Sir, I punch your nose, I punch, I Knock out you, stupid chose! Black, black and thick, and vrai beau gosse and vrai beau gosse, I boxe you, I boxe you, I marm’lad  you.

La tasse: Kengça fou, Mahjong, kengça fou, Puis’kong kongpranpa, ça ohrâ, Ça ohrâ, ça ohra, Ça ohrâ Caskara, hara-kiri, Sessue Hayakawa, Hâ!, Hâ,Hâ, Ça ohrâ, ça ohrâ  hâ,Ça ohrâ, ça ohrâ, Ça ohrâ toujours l’air chi-no-â!

[embedplusvideo height= »465″ width= »584″ standard= »http://www.youtube.com/v/1_56vkpVCSk?fs=1″ vars= »ytid=1_56vkpVCSk&width=584&height=465&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes= » id= »ep8993″ /]

L’enfant atterré : oh ma belle tasse chinoise

Ravel tasse

 

  • Le feu bondissant hors de la cheminée : bondissant hors de la cheminée, éblouissant et en furie…

feuravel feu

LE FEU : Arrière! Je réchauffe les bons, mais je brûle les méchants! Petit barbare imprudent, tu as insulté à tous les dieux bienveillants, qui tendaient entre le malheur et toi la fragile barrière !

Ah! Tu as brandi le tisonnier, renversé la bouilloire, éparpillé les allumettes, gare ! Gare au feu dansant ! Tu fondrais comme un flocon sur sa langue écarlate.

Ah!…. gare! Je réchauffe les bons! Gare! je brûle les méchants! Gare! Gare! Gare à toi!

[embedplusvideo height= »356″ width= »584″ standard= »http://www.youtube.com/v/w9hOXWoy9CI?fs=1″ vars= »ytid=w9hOXWoy9CI&width=584&height=356&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes= » id= »ep4885″ /]

Le feu s’élance et puis poursuit d’abord l’enfant qui s’abrite derrière les meubles.

Derrière le feu, née sous ses pas, monte la cendre. Elle est grise, le feu joue avec et se laisse éteindre. Au moment où il cesse de briller, l’ombre envahit la chambre, le crépuscule est venu, la couleur du ciel présage le lever de la pleine lune.

L’ENFANT à demi-voix J’ai peur , j’ai peur…

Des rires menus lui répondent. Il cherche et voit se soulever les lambeaux déchirés de la tenture. Tout un cortège de personnages s’avance, un peu ridicules mais très touchants.

[embedplusvideo height= »465″ width= »584″ standard= »http://www.youtube.com/v/gSY0UfiHtKM?fs=1″ vars= »ytid=gSY0UfiHtKM&width=584&height=465&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes= » id= »ep1839″ /]

  • Il y a la pastourelle, le pâtre, les moutons, le chien, la chèvre …Une musique naïve de pipeaux et de tambourins les accompagne.

Adieu pastourelle

LES PATRES Adieu, pastourelles

LES PASTOURELLES  Pastoureux, adieu

LES DEUX Nous n’irons plus sur l’herbe mauve. Paître nos verts moutons!

EUX Las notre chèvre amarante                   

ELLES: las, nos agneaux roses tendres !

EUX: las, nos cerises zinzolin!

LES 2 Notre chien bleu!

EUX le bras tendu, pastourelles, nos amours semblaient éternelles, nos pipeaux                                              

ELLES La bouche en coeur, pastoureaux, éternels semblaient nos pipeaux.

EUX L’enfant méchant a déchiré notre tendre histoire, Pâtre de ci, pastourelle de là. l’enfant méchant qui nous doit son premier sourire 

ELLES   Pâtre de ci, pastourelles de là; L’enfant ingrat qui dormait sous la garde De notre chien bleu.

EUX Las, notre chèvre amarante! Las, nos roses et verts moutons! Adieu pastourelles                                  

ELLES /Pastoureux, adieu! 

  • ils s’en vont, l’enfant s’est laissé glisser tout de son long à terre la figure cachée dans ses bras, il pleure. Il est couché sur les feuilles lacérées des livres. Parmi ces feuilles apparaît la princesse de ces contes lus.

ravel princesse

[embedplusvideo height= »465″ width= »584″ standard= »http://www.youtube.com/v/vjtOfGLukIk?fs=1″ vars= »ytid=vjtOfGLukIk&width=584&height=465&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes= » id= »ep1271″ /]

L’ENFANT Ah! C’est elle! C’est elle!

LA PRINCESSE Ah! oui, c’est elle, ta princesse enchantée. Celle que tu appelais dans ton songe, la nuit passée.Celle dont l’histoire commencée hier, te tint éveillé si longtemps.Tu te chantais à toi même: « elle est blonde avec des yeux couleur du temps.» Tu me cherchais dans le coeur de la rose et dans le parfum du lys blanc.Tu me cherchais, tout petit amoureux,et j’étais, depuis hier ta première bien-aimée!

L’ENFANT Ah! C’est elle! C’est elle!

LA PRINCESSE Mais tu as déchiré le livre. Que va-t-il arriver de moi? Qui sait si le malin enchanteur. Ne va pas me rendre au sommeil de la mort, ou bien me dissoudre en nuée? Dis, n’as tu pas regret d’ignorer à jamais. Le sort de ta première bien-aimée?

L’ENFANT (tremblant) Oh! ne t’en va pas! Reste ! Dis-moi…Et l’arbre où chantait l’oiseau bleu?

LA PRINCESSE (désignant les feuilles éparses) Vois ses branches, vois ses fruits, hélas…

L’ENFANT (anxieux) Et ton collier, ton collier magique?

LA PRINCESSE Vois ces anneaux rompus, hélas…

L’ENFANT :Ton chevalier? Le prince au cimier couleur d’aurore? Ah qu’il vienne, avec son épée…Si j’avais une épée! Une épée! Ah dans mes bras, dans mes bras! Viens je saurai te défendre!

LA PRINCESSE Hélas petit ami trop faible, que peux-tu pour moi? Sait-on la durée d’un rêve? Mon songe était si long, si long. Que peut être à la fin du songe, c’eût été toi, le prince au cimier d’aurore!…Le sol bouge et s’ouvre au-dessous d’elle. A l’aide! A l’aide! Le sommeil et la nuit veulent me reprendre.

L’ENFANT (la retenant en vain par sa chevelure d’or, par ses longues mains blanches) Mon épée! Mon épée! Mon épée!

 Mais une force invisible aspire la princesse qui disparaît sous terre

L’ENFANT : Toi le coeur de la rose, toi le parfum du lys blanc, toi tes mains et ta couronne, tes yeux bleus et les joyaux….Tu ne m’as laissé comme un rayon de lune qu’un cheveu d’or sur mon épaule, un cheveu d’or et les débris d’un rêve.

[embedplusvideo height= »465″ width= »584″ standard= »http://www.youtube.com/v/pO_xPz6cCBQ?fs=1″ vars= »ytid=pO_xPz6cCBQ&width=584&height=465&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes= » id= »ep7120″ /]

Il se penche et cherche parmi les feuillets épars la fin du conte de fées mais en vain…il cherche.

Tous ceux ci sont des livres arides et d’amères et sèches leçons

De petites voix aigres sortent d’entre les pages de son livre déchiré et qui laissent voir les malicieuses et grimaçantes petites figures des chiffres. D’un grand album, plié en forme de toit, sort un petit vieillard bossu, crochu, barbu vêtu de chiffres, coiffé d’un  , ceinturé d’un mètre de couturière et armé d’une équerre. Il tient un livre de bois qui claque en mesure, et il marche à tout petits  pas dansés, récitant des brides de problèmes.

  •  LE PETIT VIEILLARD apparaît, c’est l’arithmétique dont les pages déchirées  faussent les calculs

arithmétique

 

Deux robinets coulent dans un réservoir! Deux trains omnibus quittent une gare à vingt minute d’intervalle. Valle, valle, valle!

Une paysanne, zanne, zanne, zanne. Porte tous ses oeufs au marché!

Un marchand d’étoffe, toffe, toffe, toffe. A vendu six mètres de draps!

Il aperçoit l’enfant et se dirige vers lui de la plus malveillante manière.

L’ENFANT Mon dieu c’est l’arithmétique!

LE VIEILLARD Tique, tique, tique!

LES CHIFFRES Tique, tique, tique!

LE VIEILLARD 4 et  4 = 18     11 et 6 = 25    4 et 4 = 18      7 x  9 = 33

L’ENFANT (surpris7  x 9 = 33 ?

LES CHIFFRES (sortant de dessous les feuillets) 7 x 9 = 33

L’ENFANT 4  et  4 ?

LE VIEILLARD( soufflant) 18 !    

L’ENFANT 11 et 6 ?

LE VIEILLARD 25 !

L’ ENFANT: 4 et 4 ?

LE VIEILLARD 18 !

L’ENFANT ( exagérant ) 3 x 9 = 400 !

LE VIEILLARD  Millimètre, centimètre, décamètre, hectomètre, kilomètre, myriamètre, faut t’y mettre!   Quelle  fête! Des millions, des billions, des trillions, et des frac-cillions!

LES CHIFFRES (entraînent l’enfant dans leur danse) Deux robinets coulent dans un réservoir! Deux trains omnibus, quittent une gare à deux minutes d’inter…

LE PETIT VIEILLARD  Une paysanne, zanne, zanne, zanne. Porte tous ses …

LES CHIFFRES  Un marchand d’étoffe, toffe, toffe, toffe. A vendu six…

LE VIEILLARD  Deux robinets coulent dans un réservoir!

LES CHIFFRES   Une paysanne, zanne, zanne, zanne. S’en va-t’au marché…

LE VIEILLARD ET LES CHIFFRES ( ronde folle ) 3 x 9 ? 33,       2x 6 ?  27,     4 et 4 ?     4 et 4 ?,    2x 6 ?  31 !  4×7 ? 595×5 ? 43, 7 et 4 ? 55, 4 et 4 ! 5 et 7 !,  25,  37!    AH!

( L’enfant tombe, étourdi, de tout son long. Le petit vieillard et les chiffres s’éloignent.)  

LE VIEILLARD (paraissant d’un côté de la scène) 4 et 4 ? 18 !

LES CHIFFRES ( s’amusant de même mais de l’autre côté de la scène ) 11 et 6 ? 25 !            33 !

LE VIEILLARD     Z’HUIT !

L’ENFANT : oh ma tête !

Le chat roule et joue avec une balle de laine. Il arrive auprès de l’enfant et veut jouer avec

Oh ma tête ma tête

  • LE CHAT/ DUO

L’enfant se relève et voit le chat : C’est toi chat ? que tu es grand et terrible ! Tu parles aussi sans doute ?

chat

le chat fait signe que non et se détourne de l’enfant. Une chatte blanche arrive dans le jardin s’enchaîne un duo miaulé.

Musique d’insectes, de rainettes de crapauds de rires de chouettes de murmures de brise et de rossignols

[embedplusvideo height= »356″ width= »584″ standard= »http://www.youtube.com/v/KJiLs1w6soE?fs=1″ vars= »ytid=KJiLs1w6soE&width=584&height=356&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes= » id= »ep2634″ /]

  • Scène à la nuit tombée : l’arbre

L’ENFANT  ah quelle joie de te retrouver, jardin. Il s’appuie à un arbre qui gémit. Quoi ?

L’ARBRE  ma blessure, ma blessure

L’ENFANT : quelle blessure ?

L’ARBRE : celle du tu fis aujourd’hui à mon flanc avec le couteau dérobé….hélas ! elle saigne encore de sève…

les autres arbres nos blessures, nos blessures….elles sont fraîches et saignent encore de sève….ô méchant

l’enfant apitoyé appui sa joue contre l’écorce, une libellule puis 2 passent et repassent.

  • Apparition de la libellule/ elles se cherchent.

libellule

LA LIBELLULE Où es tu ? je te cherche, le filet…Il t’a prise….o toi, chère….longue et frêle, tes turquoises, tes topazes, l’air qui t’aime, les regrette moins que moi….

LE ROSSIGNOL aaah

LA LIBELLULE; seule seul, je languis je te cherche. (à l’enfant) rends la moi, où est elle ? ma compagne, rends la moi !

L’ENFANT : je ne peux pas ! je ne peux pas !

LA LIBELLULE où est elle ?

L’ENFANT je ne puis…la libellule que j’ai prise….percée d’une épingle…..contre le mur

    • LA CHAUVE-SOURIS

 

LA CHAUVE SOURIS Rends la moi tsk tsk rends la moi ma compagne, la chauve souris….tu sais ?

L’ENFANT : je sais !
L C S: le bâton……la poursuite……hier soir….ta victoire…et la petit bête là morte à tes pieds
L’E : grâce !
L C S le nid plein……les petits…..sans leur mère . Il faut…..qu’on les nourrisse
L’E sans mère !
L C S alors nous…nous volons, nous chassons.nous tournons.nous chassons.nous happons…c’est ta faute……
chauve souris
  • L’ECUREUIL

Du haut de l’arbre parmi les noisettes éclatées.

écureil grnouillesauve toi sotte ! et la cage ? la cage

 

LA RAINETTE : kkkkkkcekça ?
L’ECUREUIL : la prison, le fer qui pique entre deux barreaux…j’ai pu fuir mais tes 4 petites mains mouillées ne valent pas les miennes.
 LA RAINETTE que que que dis-tu ? je ne connais pas la ca ça cage . Je connais la mouche qu’on me jette. Ploc ( elle saute) et le chiffon rouge. L’appât vient, je bondis, on me prend, je m’échappe, je reviens. Ploc
L’ECUREUIL : Sans cervelle ! tu auras mon sort !
L’ENFANT : la cage c’était pour mieux voir ta prestesse, tes 4 petites mains, tes beaux yeux.
L’ECUREUIL: oui c’était pour mes beaux yeux !
sais tu ce qu’ils reflètaient mes beaux yeux ? le ciel libre, le vent livre, mes libres frères au bon sûr comme un vol…Regarde donc ce qu’ils reflétaient mes beaux yeux tout miroitants de larmes !

 

L’ENFANT: ils s’aiment, ils sont heureux, ils m’oublient. Ils s’aiment ils m’oublient …je suis seul…..Maman !

a ce cri toutes les bêtes se dressent, se séparent, les unes fuients, les autres accourent menaçantes, mêlent leurs voix à celles des arbres.

 

  • LES BETES,  LES ARBRES

nuit tombée

Ah! c’est l’enfant au couteau! C’est l’enfant au bâton!Le méchant à la cage! Le méchant au filet! Celui qui n’aime personne, et que personne n’aime!

Faut-il fuir? Non il faut le châtier. J’ai mes griffes! j’ai mes dent! J’ai mes ailes onglées! Unissons nous, unissons nous! Ah!

Toutes les bêtes fondent à la fois sur l’enfant, le cernent, le poussent, le tirent. C’est une frénésie, qui devient lutte, car chaque bête veut être seule à châtier l’enfant. Elles commencent à s’entre déchirer. L’enfant pris, délivrer, repris, passe de pattes en pattes.

Au plus fort de la lutte il est projeté dans un coin de la scène, et les bêtes l’oublient, dans leur ivresse de venger.

Presque en même temps, un petit écureuil blessé vient choir auprès de l’enfant, avec un cri de douleur.

Les bêtes honteuses, s’immobilisent se séparent et entourent de loin l’écureuil qu’elles ont meurtri…Arrachant le col de sa chemise, l’enfant lie la patte blessée de l’écureuil, puis retombe sans force. Profond silence, stupeur parmi les bêtes.

UNE BETE Il a pensé la plaie    UNE AUTRE BETE Il a pensé la plaie….Il a lié la patte…Etanché le sang

D’AUTRES BETES Il a pensé la plaie

LES BETES (entre elles)IL souffre, il est blessé, il saigne, il a pansé la plaie, il faut lier la                           main, étancher le sang. Que faire ? Il sait, lui, guérir le mal.Que faire? Nous l’avons blessé… Que faire ?

UNE BETE Il appelait tout à l’heure…LES BETES  Il appelait…

UNE BETE Il a crié un mot, un seul mot: « Maman! »

LES BETES «  Maman! »

UNE BETE Il se tait… va-t-il mourir ?

LES BETES Nous ne savons pas lier la main…Etancher le sang….

UNE BETE (désignant la maison)C’est là qu’est le secours! Ramenons le au nid! Il faut qu’on l’entende, là-bas le mot qu’il a crié tout à l’heure…Essayons de crier le mot…

Les bêtes toutes ensemble soulèvent l’enfant inerte et pâle, et l’emportent pas à pas vers la maison….

 LES BETES(hésitant, tout bas) « Ma…man » (plus haut) « Ma…man »

L’enfant ouvre les yeux, essayant de se tenir debout. Les bêtes l’aident (Toujours plus haut) « Ma…man »

 

LES BETES Il est bon, l’enfant, il est sage, bien sage, il est si sage, si bon. Il a pansé la plaie, étanché le sang. Il est si sage, si sage, si doux. Il est bon, l’enfant, il est sage, bien sage. Il est si doux.

L’ENFANT(tendant les bras) Maman!        

 

 

 

Laisser un commentaire