être au bon tempo…

ci-dessous un numéro d’un grand humouriste jerry lee lewis et sa machine à écrire.

A notre époque des nouvelles technologies il n’y a plus ce bruit, cette clochette à la fin de la ligne qui indiquait qu’il fallait actionner une manette pour passer à la ligne.
Mais cela reste drôle

Cet orchestre a transposé ce numéro humoristique dans un vrai orchestre, et ça donne ceci.

batucada en vidéo…

 

Allez l’atelier débute la semaine prochaine.. en attendant vous pouvez visionner les vidéos ci-dessous pour reconnaître les instruments que vous allez utiliser…

are you ready ? 🙂

c’est la pratique collective populaire par excellence

 

et cette dernière vidéo où on voit bien les différents instruments et leur technique de frappe

les instruments de la batucada

L’agogo est une cloche à deux tons ou plus.

C’est un instrument très sonore qui est à la fois mélodique et rythmique.

 

 

 

 

Le timba est un tambour qui est généralement joué à mains nues (son aigu sur les bords et grave au centre, ).

Il est plus léger, on le porte sans effort au cours des défilés à l’aide d’une sangle. C’est l’équivalent du djembé africain.

 

 

 

 

Le surdo c’est une percussion est un fût droit, large et profond dont le son grave assure les basses et assoit la structure rythmique en battant le tempo.

 

Il existe des surdos de différentes tailles.

 

 

 

 

La caixa  est une caisse claire, un peu comme celles que l’on peut trouver sur des batterie .

Elle sert d’accompagnement.

 

 

Le chocalho  est un ensemble de petites cymbales montées sur un support.

Le son qu’il produit est répétitif et il est en complément des caixas.

 

 

 

Le repinique   est un tambour d’accompagnement de même proportions que le surdo mais 3 fois plus petit, et au son clair.

Il est utilisé pour des phrases d’appel (démarrages, arrêts des morceaux).

 

 

 

Le tamborim est un tambourin sans cymbale.

Le son est particulièrement sec et aigu.